Tome V - Fascicule 5 - janvier-mars 1993


Note relative à la remise en état des quatre forts nouveaux de la PFL

André GANY


Le document ci-après a été rédigé le 8 juin 1948 par le major Mercier, alors directeur de la 3e Direction régionale des Constructions militaires à Liège.

Il était adressé "à l'Autorité supérieure", vraisemblablement la Direction générale de Bâtiments militaires à Bruxelles, pour transmission à l'état-major général. Il montre à quel point le concept de fortification conservait à l'époque la faveur de certains chefs.


Les tableaux ci-annexés indiquent l'ordre de grandeur du coût des travaux à effectuer pour restaurer chacun des quatre forts nouveaux de la PFL ; les dépenses nécessaires à la remise en état de leurs armements n'y figurent pas, ce dernier objet n'étant pas de ma compétence ; néanmoins, pour mémoire, j'ai mentionné l'état des armes, tel qu'il résulte d'un examen superficiel.

Ces tableaux permettent de chiffrer rapidement les dépenses qu'occasionneraient la restauration de tout ou d'une partie des locaux souterrains, de tout ou partie des bâtiments, des glacis, massifs centraux, murs et clôtures.

Ils peuvent également renseigner la valeur des réparations envisagées sous l'angle de travaux relevant d'un même corps de métier.

Ils ne comportent qu'un nombre restreint de rubriques se rapportant aux détails des travaux et fournitures ; pour plus de clarté, les libellés de ces rubriques sont explicités ci-après.


Clôtures

Fourniture et placement de piquets métalliques et de fils barbelés ; redresser les piquets existants ; démolition de certaines clôtures provisoires ; réfection des grilles d'entrée

Remaniement de terre

Remblayage des trous d'obus et de bombes ; remise sous profil des massifs centraux, des glacis, des pafonds des fossés et des talus d'escarpe, déblaiement de puits ou de galeries effondrées, enlèvement du dépôt de terre

Démolition de béton

Fractionnement de blocs de béton écroulés trop volumineux pour être enlevés d'une pièce ; appropriation des cratères et lèvres des destructions partielles d'ouvrages afin de permettre une bonne liaison entre l'ancien béton et celui à mettre en oeuvre pour les réparations ; enlèvement des décombres

Béton et enduits

Confection et mise en oeuvre, toutes fournitures et main d'oeuvre comprises de béton simple, béton armé, enduits de ciments, nécessaires à la réfection complète des ouvrages

Objets métalliques

Construction, fourniture et placement de tout objet métallique en fer ou en acier galvanisé, tels que escaliers d'accès aux divers bâtiments, échelles, échelons. portes hermétiques, portes renforcées, portes à treillis, grilles, barrages, poutrelles, volets de ventilation, nez de marche, couvertures de caniveaux en tôle striée, revêtement de locaux en tôles ondulées

Menuiserie

Construction, fourniture et placement de toute porte en bois, de lit de repos, renouvellement de plancher de pont roulant, etc.

Distribution d'eau

Toute fourniture et tout montage nécessaire pour remettre en état les pompes, hydrophores, canalisations, la robinetterie, les lavabos, douches, baignoires, WC, etc.

Ventilation

Fourniture, placement et raccordement des groupes ventilateurs manquants, réfection des groupes existants, placement de nouveaux moteurs sur les groupes incomplets, réfection des gaines

Chauffage

Fourniture, placement et raccordement des chaudières, des canalisations, des radiateurs, des appareils de manoeuvre et de sécurité se rapportant au chauffage central des locaux souterrains et des galeries

Installations électriques

Fourniture et mise en oeuvre des câbles armés BT, des câbles CNB, des interrupteurs, hublots, boites de dérivation, tableaux blindés équipés et de tous les matériaux nécessaires à reconstituer les anciennes installations

Installation de téléphonie et d'alerte

Fourniture et mise en oeuvre des câbles armés téléphoniques, des câbles CMB, des têtes de câble, des postes blindés, des centraux manuels, des tableaux d'alarme et des sirènes

Travaux de nettoyage et de préservation

Produits et main d'oeuvre nécessaires pour empêcher les pièces métalliques de rouiller, ou pour permettre une évacuation normale des eaux de suintement

Remise en état d'une salle des machines avec le seul moteur existant

Achat et montage des quelques accessoires défectueux soit aux groupes électrogènes, soit aux pompes de circulation, soit au compresseur et bombonnes de lancement, soit aux divers réservoirs et aux tuyauteries

Supplément pour la remise des salles des machines avec la même puissance qu'en 1940

Achat et montage de nouveaux groupes électrogènes et de leurs accessoires

Ascenseur et monte-charges

Révision des treuils, des cabines, guidages câbles, appareils de sûreté et de manoeuvre, remplacement des pièces manquantes ou hors d'usage, aussi bien des ascenseurs montés à l'intervention de la D Gn F que des monte charges livrés par la FRC


Il ressort des tableaux ci-joints que la dépense globale à consentir pour remettre en état les quatre forts nouveaux (abstraction faite des armements) se chiffre à 72.303.650 francs, se répartissant comme suit :

Fort d'Eben-Emael

18.408.000 francs

Fort de Neufchâteau

21.224.000 francs

Fort de Battice

24.686.650 francs

Fort de Pepinster

7.985.000 francs


Une visite superficielle des ouvrages ne donnerait peut-être pas l'impression de la relativité existant entre les quatre sommes citées ; c'est pourquoi je crois utile de résumer les dégâts subis par chaque fort depuis 1940.


Fort d'Eben-Emael

Destructions en mai 1940 - Surtout aux bâtiments Mi Sud, Mi Nord, Bloc II, Ma 1, Ma 2 et galerie vers O1.

Dégradations occasionnées par l'occupant allemand - Enlèvement du matériel des salles des machines et transformation des locaux de la caserne souterraine en ateliers de mécanique.

Dégradations occasionnées par l'occupant américain - Dégradation d'un moteur électrique de 105 CV et de son tableau de télécommande.

Actes de malveillance commis par des civils belges - Vols et bris de matériel électrique.


Fort d'Aubin-Neufchâteau

Destructions en mai 1940 - Surtout aux bâtiments coffre II et coffre III ainsi qu'aux murs et contre escarpe.

Dégradations occasionnées par l'occupant allemand - Destructions graves des bâtiments I, II et III ainsi qu'aux locaux de la caserne souterraine par suite des essais d'armes et de charges d'explosifs, enlèvement de la presque totalité des objets métalliques et en bois, des installations d'électricité, de téléphonie, de chauffage et de ventilation (le fort d'Aubin-Neufchâteau a servi de cobaye aux Allemands).

Dégradation occasionnées par l'occupant américain - Néant.

Actes de malveillance commis par des civils belges - Vol de ce qui subsistait des installations électriques.


Fort de Battice

Destructions en mai 1940 - Surtout aux bâtiments I et V ainsi qu'aux murs de contre escarpe.

Dégradations occasionnées par l'occupant allemand - Enlèvement de la presque totalité des objets métalliques, des installations électriques et téléphoniques, de chauffage et de ventilation.

Dégradations occasionnées par l'occupant américain - Néant.

Actes de malveillance commis par des civils belges - Vol de tout ce qui subsistait des installations électriques.


Fort de Pepinster

Destruction en mai 1940 - Petits dégâts aux murs de contre escarpe et au coffre II.

Dégradations occasionnées par l'occupant allemand - Enlèvement des gros ventilateurs des prises d'air et démontage des salles des machines.

Dégradations occasionnées par l'occupant américain - Néant.

Actes de malveillance commis par des civils belges - Vols et bris de toute l'installation d'éclairage, des petits moteurs électriques et de tous les objets facilement transportables.


Il découle de ce bref exposé :

1.   qu'aux forts d'Eben-Emael et d'Aubin-Neufchâteau, il doit y avoir des dégradations de toutes espèces, mais comparativement à l'importance des deux ouvrages beaucoup moindres à Eben-Emael qu'à Neufchâteau.

2.   qu'au fort de Battice les postes objets métalliques et installations électriques seront très importants.

3.   qu'au fort de Pepinster les dégâts sont relativement minimes.


Il me semble indispensable de signaler :

1.   que les ouvrages souterrains d'Eben-Emael et de Neufchâteau sont exempts d'humidité provenant de suintements au travers des terrains et des revêtements.

2.  que les obstructions du fort de Battice sont également dans cet état sauf la caserne souterraine, la galerie vers Waucoumont et la galerie vers Jonkai, ces derniers ouvrages souterrains étant parfois (en cas de grandes pluies) en partie dans la nappe aquifère du plateau de Battice.

3.   que tous les ouvrages et galeries ou fort de Pepinster sont on ne peut plus humides. Des essais faits en 1939 par la Commission de mise en état des ouvrages de la PFL, il appert que seul le chauffage a pu vaincre cet inconvénient majeur.

4.   La ventilation en pression montée en 1939 à l'intervention de la Commission déjà citée, n'a pas été utilisée en mai 1940 : seule, la ventilation en dépression sur les galeries a fonctionné. Il est inutile, je pense, d'envisager le rétablissement des gros ventilateurs à Aubin-Neufchâteau et à Pepinster.


Le Major du Génie Mercier


Date de mise à jour : Mardi 1er Décembre 2015